25 MILLIONS DE CAMEROUNAIS EN MOUVEMENT…

25millionsdecamerounais

Le Maréchal Josip Broz Tito fut l’un des vaillants résistants contre l’armée hitlérienne. Il empêcha cette dernière de réaliser ses ambitions dans cette partie de l’Europe. 

Durant la Seconde Guerre mondiale, il prit la tête de la résistance communiste en Yougoslavie et parvint, au bout de quatre ans de conflit sanglant, à triompher de l’ensemble de ses adversaires et à réunifier sous sa bannière la Yougoslavie qui avait été démembrée à la suite de l’invasion de 1941.

Rempart solide pendant la seconde guerre mondiale puis tampon non aligné (d’où le nom du mouvement des non-alignés) pendant la guerre froide que se livraient les superpuissances (USA/URSS) à travers leur bloc respectif de l’Ouest et de l’Est.

En effet, la Yougoslavie ayant rompu avec l’URSS en 1948, Tito opta ensuite, pour une politique de neutralité et de bonnes relations avec l’Ouest. Il fut, à ce titre, l’un des fondateurs du mouvement des non-alignés.

A la tête de la fédération de Yougoslavie (comme quoi la fédération n’est pas toujours une sinécure), Tito lutta contre les autonomies locales et ce qu’il nommait « les tentatives sécessionnistes ». Il sut maintenir une cohabitation et une coexistence entre les différentes entités et peuples de cet espace.

Après sa mort, l’effondrement du Bloc de l’Est et la dislocation de l’URSS, sous les coups de boutoir de l’Amérique hégémonique, les peuples de cette fédération s’émancipèrent pour réclamer leur état.

Ce fut la guerre meurtrière des Balkans avec infiné l’effondrement de la Yougoslavie et sa dislocation qui vit naître la Serbie, la Croatie, la Bosnie, le Monténégro, la Slovénie, la Macédoine.

Des états autonomes, indépendants certes mais plus petits et encore plus faibles sur l’échiquier géopolitique et géostratégique pour ceux qui ont été à la manœuvre dans cette opération, à coups de désinformation, la même qui fut utilisée contre Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui.

Même dans la bible, il est demandé aux brebis de ne point s’éloigner du troupeau de peur d’être la proie de Satan.

Dans une tribune intitulée « La République des copains et coquins », il y a quelques années, je condamnais déjà cette propension à user des memoranda régionaux comme moyens de communication politique dans notre pays.

Aux revendications sécessionnistes de certains de nos compatriotes du NOSO se sont greffés depuis quelques temps des concepts tels que «  Bami power, fédération Ekang », mouvement 10 millions de nordistes, fédéralisme communautaire, redécoupage de la carte administrative sur une base essentiellement tribale.

Ces brics et brocs sont, de notre point de vue, de nature à affaiblir encore plus le sentiment national largement éprouvé et écorné ces dernières années.

A l’heure où la pandémie du Covid 19 a montré l’impuissance des grandes nations d’une part et exalté les solidarités entre peuples d’autre part, comment certains de nos concitoyens peuvent-ils user de leur intelligence, même à des fins politiciennes et/ou mercantilistes, pour détruire au lieu de construire leur pays, fragilisé par de nombreuses convulsions? Politiques, économiques et sociales.

Nous ne pouvons plus, face à cette menace à notre édifice commun qu’est le Cameroun, opposer un silence qui serait perçu soit comme un blanc-seing soit comme une faiblesse idéologique voire une atonie complice.

Nous sommes convaincus que la grande majorité des camerounais, en dépit des difficultés que nous traversons, de nos différences tribales, ethniques, confessionnelles, obédiences politiques, ne souhaite ni l’effondrement du Cameroun ni son émiettement.

Fort de ce constat, « 25 MILLIONS DE CAMEROUNAIS EN MOUVEMENT », mouvement apolitique en devenir, se veut le creuset de tous les fils et filles du Cameroun, conscients de l’héritage à nous léguer par les pères fondateurs de notre pays et animés de la volonté de transcender nos différences mais aussi d’user de la richesse de notre diversité pour continuer à bâtir un Cameroun fort, respecté, leader et aimé.

Autrement dit un mouvement qui donne la primauté au Cameroun plutôt qu’aux entités qui la composent bien qu’un fleuve se nourrit de ses multiples affluents.

Ensemble nous déclinerons les axes permettant de promouvoir un tel Cameroun.

Nous en avons les moyens et la volonté.

MAY GOD BLESS CAMEROON.

 

@Adrien Macaire Lemdja

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *