Claude -Alvine TANKOUA : S.O.S Villages d’Enfants

Discrète, Claude-Alvine MBAPPE TANKOUA est depuis plusieurs années Directrice Nationale de SOS Villages d’Enfants au Cameroun.

En parfaite administratrice des lieux, elle nous parle des activités de la structure qu’elle dirige et de ses missions

SOS Kinderdorf International a été créée en 1949 avec l’ouverture du 1er Village d’Enfants SOS à IMST en Autriche.

En fait, il s’agit d’une organisation de développement social qui travaille à l’échelle mondiale pour améliorer la situation des enfants qui ont perdu la prise en charge parentale ou qui courent le risque de la perdre.

Notre objectif est d’élever les enfants orphelins ou abandonnés de toutes origines, cultures et religions au sein de famille SOS de manière à ce qu’ils soient capables de mener une vie indépendante fondée sur des valeurs morales et sociales, de les intégrer dans la société et de leur faciliter le chemin vers un avenir sûr.

 

SOS Kinderdorf International intervient sur les 5 continents et dans environ 135 pays. Son implantation se fait à travers la signature d’accord ou de convention de coopération entre la fédération et le pays qui adhère à la vision de cette organisation. Le pays a un droit de regard sur les activités menées sur son territoire. Certains Etas contribuent d’ailleurs à l’atteinte des missions de l’organisation en accordant des subventions pour le fonctionnement, en mettant à disposition du personnel ou même en accordant la gratuité d’accès à l’eau et à l’électricité…

En d’autres termes l’Etat et l’organisation coopèrent ensemble dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Au Cameroun par exemple, cette organisation s’est implantée à la suite de la signature d’une convention de coopération entre SOS Kinderdorf International et l’Etat du Cameroun le 05 janvier1990.

Les enfants sont admis au sein des Villages d’Enfants SOS à l’issue de la tenue d’une commission d’admission. Cette commission est constituée de l’équipe pédagogique de SOS Villages d’Enfants (Directeur National, Equipes Programmes, Assistantes sociales…) ainsi que des représentants de l’Etat (Ministère des Affaires Sociales, Ministère de la Justice, Ministère de la promotion de la Femme et de la Famille).

La commission statue au cas par cas sur les dossiers de demande d’admission soumis à SOS Villages d’Enfants Cameroun et décide des admissions. Les enfants sont admis pour une durée indéterminée, l’objectif étant de les rendre autonome et de les intégrer dans la société.

Pour être éligible à l’admission dans un Village d’Enfants SOS, il faut être un enfant de moins de 8 ans, avoir perdu la prise en charge parentale (orphelin partiel ou total ou encore enfant de parent malade mental)

La prise en charge alternative fournie par l’organisation se fait généralement jusqu’à l’âge de 23 ans ou un peu plus suivant les cas. En fait, il s’agit d’une prise en charge de type familial à long terme

Toutefois, dans le cas où la famille d’origine de l’enfant est retrouvée et que l’enfant peut vivre et s’épanouir pleinement au sein de cette famille biologique, l’organisation après une longue préparation de toutes les parties prenantes, retourne l’enfant dans sa famille avant l’âge de23 ans.

 Le Directeur National que je suis est chargé de représenter l’organisation dans son pays. A ce titre, le Directeur National supervise l’action de l’organisation sur l’étendue du territoire national ; il négocie par exemple auprès du gouvernement l’octroi de terrain pour la mise sur pieds des programmes et projets SOS dans le pays, il est responsable de la recherche de partenaires privés et institutionnels.  Il recrute le personnel et assure la bonne gestion du budget de l’organisation, il veille enfin à la mise en œuvre des politiques et des standards internationaux de l’organisation dans le pays.

SOS Villages d’Enfants International initialement (SOS Kinderdorf International en Allemand) est la fédération internationale qui regroupe toutes les associations nationales SOS Villages d’Enfants et parmi lesquelles SOS Villages d’Enfants Cameroun.

L’organisation compte au niveau international : Le Secrétariat général, le président international de l’organisation, le Sénat international et l’Assemblée générale

Chaque pays applique les politiques et standards de l’organisation tout en respectant les lois en vigueur au niveau national et en tenant compte de l’environnement.

En ce qui concerne SOS Villages d’Enfants Cameroun, elle compte :

  • Sa Direction Nationale sise au quartier Dragage à Yaoundé,
  • Deux Villages d’Enfants SOS dont un à Mbalmayo (110 enfants) et un à Douala 120 enfants)
  • Deux écoles maternelles et primaires à Mbalmayo et à Douala qui accueillent au total environ 900 élèves par année scolaire.
  • Un Centre Médicosocial à Douala (celui de Mbalmayo vient d’être fermé et cédé à un privé)
  • Deux Programmes de développement communautaire dont un à Mbalmayo et un à Douala (Près de 800 bénéficiaires)

Tout le travail d’encadrement est effectué par environ 155 personnes à SOS Villages d’Enfants Cameroun.

Ce n’est pas une tâche facile et ce problème n’est pas près de disparaitre au regard de la pauvreté ambiante au sein de nos pays, du chômage, de l’explosion démographique, de la démission parentale, des pesanteurs socio-culturelles, de la crise économique qui sont autant de facteurs à l’origine du phénomène des enfants de la rue.

SOS Villages d’Enfants Cameroun ne s’occupe pas spécifiquement des enfants de la rue mais de ceux qui ont perdu le soutien familial ou qui risque de le perdre. Cependant, pour 2019 nous allons lancer une campagne de plaidoyer pour attirer l’attention du grand public sur le travail des enfants et sur la nécessité de permettre à tous les enfants d’accéder à l’éducation. En 2018 SOS Villages d’Enfants Cameroun compte expérimenter les maisons de transit au sein de ses Villages pour effectivement venir en appui aux enfants en situation d’urgence. Les admissions se feront au cas par cas suivant l’urgence.

Sachant tous que les enfants constituent la richesse et l’avenir d’un pays, à ce titre l’accent doit être mis sur leur protection. Aucun pays ne peut prétendre devenir émergent s’il ne met pas l’enfant au centre de ses priorités !

Il apparaît élémentaire pour chaque pays d’avoir un code de protection de l’enfant et de tout mettre en œuvre pour l’appliquer. Le tout n’est pas de ratifier des textes à l’exemple de la Convention internationale des droits de l’enfant ou encore la Charte Africaine des Droits et du bien-être de l’enfant : il faut poser des actes concrets et efficaces et nous pensons que tout part de la volonté.

Par Kinjé Mboui BASSOCK

Be the first to comment on "Claude -Alvine TANKOUA : S.O.S Villages d’Enfants"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*