pub11.jpg
Wednesday, 17 May 2017 11:24

Ah ! Mari Mar

Written by
Rate this item
(0 votes)

Chez nous, le phénomène de feuilletons Américains, Brésiliens, Philippins ou autres ne date pas d’aujourd’hui. Ce phénomène a la part belle sur notre ‘’audimat’’, mais a aussi des incidences parfois désastreuses autour de nous quand ce n’est pas sur nous-mêmes.

En effet, nos barrières, nos portes n’ont pas résisté à ce tsunami médiatique qui, avec une irrévérencieuse intrusion s’est installé sans gêne dans notre intimité familiale et conjugale.

Si je me rappelle bien le sourire carnassier et goguenard de l’odieux Carington de Dallas, prototype archi-complet du roublard cruel, cynique, champion de coups tordus, doublé d’un séducteur impénitent et adulé du public masculin, il m’est difficile d’oublier une certaine série Mari-Mar dont le générique était mimé même par les fœtus et cristallisaient les rêves les plus fous de toutes nos filles en mal d’un destin ‘’marimaresque’’, c’est-à-dire exceptionnel.

En voilà une qui, vraiment, fit battre beaucoup de cœurs ; surtout…. commerciaux. Il suffisait de parcourir le marché central ou d’autres périphériques pour constater l’étendue du phénomène. Il n’y avait plus un seul produit qui ne portât la célèbre déclinaison. Surtout à la criée : savon mari Mar, slip, boucles d’oreilles, escarpins, boite de maquillage, perruques et mèches Mari Mar dont les coloris n’avaient rien à voir avec ceux de la célèbre brunette. Il ya même un commerçant ambulant qui poussa le ridicule jusqu’à coller à son P. q. cette féerique terminaison et qui, ma foi, pendant cette euphorique période, vit une montée vertigineuse de ses ventes.

Si les pâtes brulaient sur le feu, que les sauces tarissaient dans les marmites, le phénomène s’est tant amplifié qu’il porte aujourd’hui la calamité dans nos vies familiales et conjugales.

Et si les frustrations sont multiples, les dégâts collatéraux le sont encore plus.

J’ai un ami dont aujourd’hui, le mariage bat franchement de l’aile. Le bonheur de son foyer s’est envolé avec la ‘’patrona’’, une des séries de Novelas TV.

L’histoire a commencé un soir, par un baiser moins appuyé et plutôt distrait de son épouse qui, jetant son sac, et comme d’un bien volé et retrouvé, a arraché la télécommande des mains de son mari pour zapper fébrilement et se fixer sur la chaine qui projetait le fatidique et passionnant feuilleton. Avec un Ah ! de satisfaction. Puis, rameutant ses filles qui accoururent délaissant leurs leçons, elle entame avec elles des commentaires sans l’ombre du moindre scrupule en présence de leur époux et père frustré des informations qu’il était tranquillement en train de voir.

Il pensa ce soir-là trouver la solution en achetant une deuxième télé le lendemain. Ce ne fut guère mieux car celle-ci aussi fut l’objet de confiscation de la part de la maisonnée dont les chaines, Novelas TV et Globo TV étaient respectivement adulées.

Il eut ainsi sous son propre toit, une galerie de portraits insoupçonnés qui, peu à peu, sous l’influence de la mère, subissaient des mutations qui lui échappaient et dont au finish, il lui fut difficile d’en maitriser les conséquences. C’est ainsi que le journal télévisé qu’il adorait pour être tout de même au fait de la marche du monde, était devenu le pire ennemi de sa petite tribu. Même la petite dernière, dédaignant princièrement les aventures de ce poussin à la moitié de coque posée sur la tête, réclamait à corps et à cris la suite des aventures d’une certaine Théresa ; cette effrontée qui, auprès des hommes ne trouve que déboires, non à cause de sa beauté fatale, mais de son incapacité à garder un homme pendant vingt-quatre heures. C’était dans toute la demeure des passions diverses qui bouleversèrent une paisible vie.

Mon ami lui, avait enregistré cette passion qui n’était plus ni conjugale, ni familiale et qui, peu à peu s’installait sur des terrains de mésentente, de discorde et même de conflit  et qui amena le couple au tribunal.

Quel dommage !

Salut !

Read 404 times Last modified on Wednesday, 17 May 2017 16:20
More in this category: Le MARIAGE et le DIVORCE »

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.