EMILE ENGOULOU OU L’EXPRESSION D’UNE CUISINE BIEN FAITE

Point prédisposé à une carrière de Chef Cuisine, le jeune Emile ENGOULOU avait très tôt opté pour le Choix des études en Gestion Hôtelière (Majoring en Marketing et Management) malgré la réticence d’un paternel fonctionnaire. Son tuteur, le non moins célèbre Dr BILOUNGA arrivera à convaincre ses parents de laisser le jeune homme opter pour les études choisies. C’est ainsi qu’il s’envolera donc vers la France D’où il sortira diplômé de la prestigieuse Ecole Hôtelière de Chez MAXIM’S.

Dés son retour au Cameroun en 1988, il va tour à tour officier à l’hôtel Parfait Garden en tant que Directeur de la Restauration, ensuite à l’Hôtel Beauséjour comme Directeur d’Exploitation.Suivra après, sa première expérience en son compte, l’ouverture du concept des Repas Coupe Faim ou de Restauration collective auprès d’une Institution Bancaire de la place de Douala (BICEC).

Son départ pour Yaoundé au début des années 2000 va marquer un tournant capital dans sa future carrière ou il est sollicité comme consultant dans la relance d’un grand complexe Hôtelier « Les Hauts Fleuris d’ODZA », ensuite va partager son expérience pendant 05 bonnes années à l’Université d’Afrique Centrale et à l’Institut des Relations Internationales de Yaoundé, et va à nouveau contribuer à éclore le domaine de la Restauration collective cette fois ci à Yaoundé au Restaurant La Marmite du Boulevard près du Hilton Hôtel de Yaoundé.

De manager en matière Hotellière à la cuisine, Emile n’a fait qu’un pas. Fils unique à sa mère, il vient à subir pendant toute son enfance l’interdiction par son père de s’aventurer à la cuisine, secteur réservé exclusivement à la gente féminine. Ressentant de grosses frustrations face à cet interdit Emile va briser ces tabous à la mort de sa mère. L’autre constat qu’il va faire avant que de se lancer dans la voie de la restauration c’est en son sens, le manque d’imagination des cuisiniers camerounais à concevoir des mets d’origine locale. Il va ainsi s’atteler à concevoir des mets locaux qu’il va breveter à ‘instar de ses canapés à base de Ndolé ou de mets de pistaches superposés sur du manioc… (voire photos). Pouvoir utiliser n’importe quelle cuisine locale et en faire des qualités normées.

L’expérience Américaine :

Sous l’impulsion de l’ex Ministre des Arts et de la Culture Camerounaise, Le Chef Emile ENGOULOU va exporter la cuisine camerounaise avec une certaine audace au pays de l’Oncle Sam, auprès des Nations Unis dans un premier temps (03 fois), à Los Angeles, Las Vegas, à la conférence des NAACP, et aux ACP à Bruxelles…Tout cela sous couvert de plate formes de découvertes de l’Art Culinaire Africain ou il devra à chaque fois servir près d’une centaine de convives.

Fort de cette expérience et de nombreux contacts noués à cet effet il va le 24 Mai 2018 être inviter à l’African Day (Présentation de la cuisine Africaine) organisés cette année par le Cameroun et la Centrafrique, mais n’aura malheureusement pas, faute d’accompagnement des autorités du Cameroun, la chance de présenter la cuisine locale au détriment du Maroc qui se verra offrir une plateforme conséquente pour illustrer la cuisine Marocaine.

C’est toutefois avec un certain satisfecit que le Ministère du Tourisme a su accompagner la profession de par un accompagnement d’Emile et quelques-uns de ses pairs à l’instar du Chef Éric MEDJO à l’expo de Milan en 2015 et à la Cameroon Food Day aux Nations Unis ou ils ont présenté la cuisine Camerounaise.

2018 semble avoir été l’année de tous les Challenge avec au programme la participation de nos deux Chefs Éric MEDJO et Emile ENGOULOU assistés en cela par le Responsable cuisine de l’Ambassade du Cameroun aux USA, Salomon YAKAN, de magnifier les 300 convives de la Fête Nationale à Washington D.C. S’en est suivi trois jours après la International Food Day ou 04 pays choisis au hasard dans le monde vont nourrir pendant trois jours, trois repas par jour à 50.000 élèves de la Commune de Washington D.C. Fait majeur de l’évènement, la première participation d’un pays africain à cet évènement. Il est bien entendu qu’à eux tout seul ces deux compatriotes ne pouvaient avoir la maestria de servir tant de monde et c’est pourquoi deux mois auparavant ils avaient effectué un voyage spécial pour former de nombreux chefs aux menus à servir pendant ces trois jours.

L’exploit fût salué par tous les participants à la soirée de clôture qui vit la participation des Caméricains venus encourager leurs compatriotes, et sans compter le discours plus qu’émouvant de l’Ambassadeur du Cameroun aux USA qui a tenu à saluer la vaillance et le patriotisme de ces jeunes camerounais venus offrir une image positive de l’Afrique en général et camerounaise en particulier.

L’aventure américaine s’est terminée par un atelier sur le chocolat produit phare d’exportation du Cameroun, ou il fallait montrer à des jeunes américains le process de fabrication du chocolat. Et quelle bien meilleure façon de faire cette démo si ce n’est que présenter le cacao sous une forme de cabosse de cacao.

L’aventure s’est achevée par l’Embassy Chief Challenge, compétition voyant la participation de 80 Chefs sélectionnés qui vont se mesurer le temps d’une journée et qui a vu en 10 ans d’existence la première participation du Cameroun et celle du Ghana qui y ont fait bonne figure.

La pluie d’invitations qui s’en est suivie  laisse un sentiment de bonne augure et d’espoir pour la cuisine africaine en général .

Be the first to comment on "EMILE ENGOULOU OU L’EXPRESSION D’UNE CUISINE BIEN FAITE"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*