Europe : l’invasion d’Africains aux lauriers sans valeur

electionmunicipalefrance

Je suis aussi heureux que d’autres à constater le nombre de camerounais, voire d’africains qui sont plébiscités en Europe pour occuper les fonctions électives. Ils sont maires, députés et autres conseillers régionaux et suscitent auprès de leurs compatriotes originaires un enthousiasme, nimbé d’envie et de gloire. Il s’agit d’un phénomène qui s’accroit dans le temps. Depuis bien des décennies déjà, de camerounais, des sénégalais, des nigérians, maliens et autres maghrébins sont des élus au Canada, en Amérique du nord, en Europe.

Je regrette cependant que jusqu’à date l’Afrique n’a rien tiré de ces succès et de ces gloires de ses fils. Cela me semble préoccupant. Car, alors que l’invasion de l’Afrique par les explorateurs et les  peuples européens avaient été une stratégie d’occupation bien pensée, prise en main par les états et les peuples d’Europe, les gouvernants occidentaux crient officiellement à l’invasion de l’Europe par les grappes d’immigrés sans que l’on observe une stratégie d’occupation de l’Europe par les États Africains. Il n’est pas question de le regretter. Mais ne faudrait-il pas attirer l’attention sur les effets des succès ci-dessus sur les grandes questions qui plus que jamais se sont élevées en cette année 2020 relativement aux rapports entre ce qu’une certaine civilisation continue à appeler les races humaines. Les effets de l’assassinat de Georges Floyd aux États-Unis d’Amérique questionne (ou convoquent) en effet le racisme d’un regard nouveau dont on devra désormais tenir compte.  Georges Floyd

Bien qu’élus, donc intégrés et reconnus comme citoyens européens, les élus continuent à être victimes des exclusions et des rejets de natures racistes. Ils ne portent aucun projet « civilisationnel » autre qu’européen susceptible de constituer une alternative à la violence coloniale et au « dominationisme » dont les effets de l’implémentation dans leurs états d’origines les en a chassé. C’est de manière récurrente que nos élus quasi apatrides ressassent leurs plaintes d’exclusions par leurs pays d’origines et leurs intentions de faire valoir leurs compétences qui se sont révélées à l’étranger.

Qu’apportent-ils dans ces pays ? Jusqu’à présent sauf ignorance, ils implémentent docilement les politiques qu’ils n’ont pas définies. Ils sont très souvent adjoints sinon soumis à un contrôle plus ou moins formel de leur activité d’élus.

Cette situation ne me semble pas banale. Au moment où les cris à l’invasion de l’Europe par les africains sont entendus de la bouches des plus hauts responsables d’Etats, on ne voit pourtant aucun apport culturel structuré, aucune influence pourrait-on dire de ces Maires ou députés noirs élus en Europe. C’est comme si l’invasion dénoncé était simplement inventée. Pourtant que non. La terrible réalité me semble que les africains se sont complétement défaits de toute valeur spécifique propre et n’ont plus rien à apporter à l’Europe. Ils n’ont plus rien d’africain, aucune de civilisation, admettant même certaines fois n’en avoir jamais eu. Ils n’ont pas de religion, pas de cultures qui s’élève au-delà du folklore ou de la servile imitation des œuvres néo coloniales. Aucune stratégie de partage de valeurs africaines ne semble plus possible dans ces conditions dès lors que des auteurs clament certes leur négritude, mais par rejet de toute spécificité propre y compris de la simple et excellente cuisine africaine. Je me réfère ici à cet auteur réputé qui a commis un ouvrage au titre révélateur : « je suis noir et je N’aime pas le manioc ».

Pourtant la science d’aujourd’hui nous renseigne bien que l’Afrique, mère de l’humanité est également la mère des civilisations et regorge toujours des trésors de valeurs qui pourraient aussi être partagées par les peuples qui craignent et se plaignent de l’invasion des africains. Dois-je ici recenser ces valeurs ?  Cela ne semble pas nécessaire lorsqu’on sait la place qu’occupent les objets d’art d’origine africaine dans les musées d’Europe. Lorsqu’on sait l’apport des peuples africains dans le retour à la construction de la modernité occidentale sur tous les plans, y compris humain. Lorsqu’on sait le rôle du continent  dans le déploiement de l’industrie mondiale, notamment l’apport de l’Afrique en matières premières. Lorsque l’on sait les glorieuses réalisations inscrites dans l’histoire de l’Afrique noire…Etc…

Si par l’effet du vieillissement de la population européenne les Africains occupaient aujourd’hui l’Europe, ne faudrait-il pas qu’ils y apportent quelque chose d’humainement significatif comme une civilisation qui pourrait garantir le retour au rajeunissement de la population européenne ? La culture africaine a en effet une expérience unique de repeuplement rapide d’une société exsangue après un dépeuplement horrible du fait de la traite négrière. Ne faudrait-il pas implémenter dans cette société nouvelle une économie plus juste et un droit plus humain ? L’Afrique n’est-elle pas porteuse d’une civilisation aujourd’hui reconnue comme meilleure dans la quête de plus d’humanisme, de solidarité et de paix qu’elle pourrait exporter ailleurs grâce à ses filles et fils devenus explorateur d’un genre nouveau ?

Certes les élus noirs en Europe pourraient être l’objet d’une reconnaissance de valeur, mais à condition qu’ils soient aussi, comme le furent les explorateurs européens en Afrique, porteur d’une civilisation nouvelle et déclarée élevée.  Me NOUGA Avocat au Barreau du CamerounQu’ils ne soient pas simplement des gens qui se cherchent et se trouvent dans l’imitation de l’œuvre éculée d’aliénation d’un continent, avec l’ambition d’en devenir les nouveaux civilisateurs malheureusement sans civilisation. Des adaptés à la néo-colonisation de leur propre peuple, des négationnistes de leur propre culture. La revendication à peine voilée de leur célébration n’aurait de signification que s’ils apportent en Europe un espoir nouveau dont ils ont la maitrise. Sinon ils œuvrent en vain et ne méritent aucun laurier d’une tribune qui n’en vaut pas la peine.

Me NOUGA Jean Marie, Avocat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *