pub7.jpg
Wednesday, 17 May 2017 11:29

COGITARE: MAL A MON PAYS

Written by
Rate this item
(0 votes)

A peine dissimulée derrière l'idée de mangeoire, se profile celle d'une table de convives, chacun se servant à tour de rôle... Il en va de même de l'idée de gâteau, car peut-on imaginer gâteau sans parts ou sans partage? Hum...

Le concept sournoisement véhicule et vante par certains, a la tête desquels trôneraient des hommes dits "forts", relevé de la même logique: une logique primaire, une logique éculée; qui va a contre sens de l'évolution vers un Etat de Droit, un Etat moderne. La RDC, le Tchad, plus récemment le Centrafrique...sont autant d'exemples, qui illustrent le processus au bout duquel un Etat embryonnaire, soumis a des influences obscurantistes et rétrogrades, finit par se réduire a sa portion congrue.

Le modèle d'Etat Républicain, cadre d'expression démocratique par excellence, fait apparaitre la force comme une antinomie du Droit: La ou la force prévaut, c'est le Droit qui recule.

De même que dans la jungle animale, la logique alimentaire est toujours régie par la loi du plus fort.

Chaque jour qui se lève, est une nouvelle occasion pour les Camerounais, d'opérer ce sursaut de lucidité salvateur, qui pourrait nous permettre de barrer définitivement la route a cette idéologie rampante, que les chantres essayent inlassablement d'asseoir dans le subconscient d'un peuple qui vit l'angoisse d'un avenir aussi sombre que trouble, s'appuyant sur des formules telles que: " Politcs na Njangui", "Le Cameroun c'est le Cameroun", " Erreur for Mboutoukou na dame for Ndoss", "Si on n'est pas une hyène, on n'a rien a faire en politique..." etc... Formules qui ne veulent rien dire, sinon qu'elles servent juste à légitimer une entreprise diabolique de partition et de lente décadence de notre pays!

Elle a l'air en effet si lointaine, l'époque patriotique et visionnaire des Um Nyobe, Felix Moumié, Ernest Ouandie, Ossende Afana, Ahmadou Ahidjo, Njoya Arouna, Paul Soppo Priso, Andre Marie Mbida, Charles Okala...; dont certains ont sacrifie leur vie pour une nation libre, indépendante, juste, prospère...bref a l'oppose de ce qui semble se dessiner sous notre regard indiffèrent, si ce n'est avec notre participation complice et/ou active! Le Cameroun mérite-t-il réellement cela?

L'Histoire dit du Cameroun qu'il est le premier pays d'Afrique noire, ou des hommes se sont levés d'abord pacifiquement, pour revendiquer l'Indépendance. Cette même Histoire regorge figures bien pensantes et politiquement engagées, dont les idées devraient nous servir a tous de source d'inspiration. S'agirait-il d'une fatalité? Devrions-nous reprocher aux seules circonstances de nous avoir autant rapproches du degré zéro de la pensée politique? Les bonnes réponses ne sont jamais le fait du hasard. Sans bonnes questions, point de bonnes réponses! Cessons d'être hors-sujet sur des questions aussi essentielles, alors que le pays est a la croisée des chemins. L'heure est grave, c'est la République et notre vivre ensemble dans un Cameroun de paix, de concorde, de Justice, de prospérité pour toutes et tous...qui sont menaces. Dans sa définition originale, "Politique" doit être entendue comme étant la gestion des affaires de la cite. La politique n'est donc ni le privilège, ni le monopole exclusif de certains. Tout le monde, et chacun doit y apporter sa part; chacun y venant avec ses propres valeurs, dans le but non pas de rendre le monde pire, mais le rendre meilleur pour toutes et tous. Partant, le monde politique doit être a l'image de la cite elle-même. On doit y retrouver toutes les sensibilités: A chaque extrémité, "Faucons" et "Colombes" doivent y cohabiter, et confronter démocratiquement leurs idées, afin qu'en résulte un consensus sur un projet de société. Mais entre Faucons et Colombes, il reste de la place pour toutes les nuances idéologiques imaginables. Garder le silence, ou laisser sa chaise vide peut se révéler coupable au moment des choix décisifs.

Voici venu le moment pour chacune et chacun de faire entendre sa voix, au risque de laisser les champs libres aux seuls extrêmes, autant qu'a toute sortes d'aventuriers:

CAMEROUN RESSAISIS-TOI, CAMEROUN REVEILLE-TOI!!!

Hippolyte Nwal

Read 350 times Last modified on Wednesday, 17 May 2017 17:02
More in this category: Et Si NOUS PARLIONS »

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.