Et Si NOUS PARLIONS

  17 May 2017

Vouloir changer les choses, sans changer soi-même, est-ce possible?

Il s'agit difficilement ici des idées, des convictions, des certitudes, sinon d'effectivité, ou plus exactement, de ce qui s'impose même à moi et non de ce qui se peut, uniquement au regard du fait des autres, ou de ce bien-être qui signifierait difficilement voir les autres bien et moi-même, non.

On n'apprécie mieux la valeur de l'argent que parce qu’on connait la souffrance qui mène à son obtention, tout comme le plus bel homme du monde, ne sera jamais celui dont le physique impressionne, sinon celui dont le cœur aussi sait, surtout compenser ce manque, c'est dans le même ordre d'idées, que la valeur d'un enfant, sera toujours proportionnelle aux efforts et sacrifices de son intéressement, de sa venue au monde, ou encore de son adoption.

Ce regard biaisé donc, même dans une évolution certaine y trouvera toujours à redire, dès lors, que ce changement ne sera jamais en conformité avec soi, sinon par rapport à une volonté de voir les autres différents et non à vouloir apprécier les donnes en fonction de ce premier effort de soi, qui nous donne une vraie ouverture vers cette voie d'excellence qu'est le renouveau.

Changer devient donc, non pas uniquement un combat des autres ou contre ce qui ne me plait pas, sinon une lutte d'ensemble, de l'intérieur vers l'extérieur, un meilleur moi pour une parallèle semblable, un exemple comme référence et non des exemples à satisfaire uniquement nos égoïsmes.

Changer c'est donc être soi-même le changement, tout comme alterner, c'est savoir aussi s'effacer pour que priment les autres.

Ezechiel NGOUCHEME

More in this category: « COGITARE: MAL A MON PAYS

Leave a comment

glance69

Glance Magazine N° 69

En ligne

16725
Aujourd'huiAujourd'hui23
HierHier41
SemaineSemaine23
MoisMois896
TotalTotal16725

Archives Magazine

Icon 16 512