LA VIE EST COURTE…

Ce Négus désabusé est une ancienne pop star d’un bled. Les intempéries de la vie l’ont poussé à vendre le dernier hectare de terre à l’insu de la famille.

Alors le squelettique « soixante-douzard, »  piètre chanteur patibulaire des navets a qui quitté son Etam-Bafia pour   vivre une nouvelle aventure nantie et prétentieuse avec la sulfureuse  Déborah, une fieffée rombière, gorge profonde, tenancière d’une maison close où des coucheurs et des coucheuses profitent des gourmandises coquines et libèrent leurs fantasmes qui indigneraient Eros et Aphrodite.

Des chuchotis rampent, sautent, courent, volent à travers les bourgades pour trahir leur présente dans une chambre d’un hôtel 3 étoiles aux confins «  d’Ongolatown »…la résignée, la pusillanime.

Déborah, la cinquantaine cancanière est le douzième gibier de ce vertébré « féminivore » que les « Mvog-Ndamba » d’un village oublié par le géographe ont décidé de poursuivre en justice pour le détournement foncier.

Le  longiligne plantigrade au visage osseux et patibulaire, aurait fait fi des élucubrations de ses frères du village.

Prisonnier des rhumatismes aigus, le renégat est littéralement cloué au lit mais ne se prive pas de sempiternelles attendrissantes figures sinusoïdales qui font naître des « a » et des « o » qui se bousculent et remplissent la chambre, la débordent, sortent par les persiennes pour s’évanouir sous les bruissements des feuilles épaisses et vert-cru des géants branchus.

La vie est très courte. Et de belles occasions si roses, si mielleuses sont rares. Pense-t-il.

Je suis au crépuscule de ma vie…je dois enfin vivre ici et maintenant. J’ai trop souffert et ai été humilié par ceux qui cherchent à m’ouvrir grandement la porte de « Kondengui ».

Hennit-il

Pendant ce monologue à l’emporte-pièce, Déborah Wonso’o, petit sourire en coin, les pommettes brillantes, saillantes, les lèvres grossièrement soulignées de deux traits rouge-sang, ne fait que bichonner le muscle bulbo-spongieux et caverneux. Le bijou-sphinx de l’humanité.

Le monde est formidable…vivons seulement.( Paul Ngougnou ).

@ Le Fils d’Emilienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Our Visitor

0 0 0 8 4 3
Users Today : 3
Users Yesterday : 8
Users Last 7 days : 55
Users Last 30 days : 151
Users This Month : 90
Users This Year : 526
Total Users : 843
Views Today : 3
Views Yesterday : 8
Views Last 7 days : 95
Views Last 30 days : 223
Views This Month : 140
Views This Year : 788
Total views : 1264
Who's Online : 0
Your IP Address : 3.238.235.248
Server Time : 2024-04-13