L’HARMONIE DES COULEURS

Qu’est-ce que l’harmonie des couleurs dans une œuvre si ce n’est l’équilibre qui se crée par résonance à l’intérieur du regardeur ? Si l’on parle aujourd’hui de l’harmonie des couleurs, je parlerais des harmonies des couleurs. En effet, je ne conçois pas l’unicité globalisante dans ma fonction de créatif, ni dans ma pratique picturale. Car, je  pense   que, tout comme pour  les « couleurs-espaces » qui  font  œuvres, le fameux «  vivre ensemble  » que   sous-tend la  notion d’harmonie,  quel que soit son  domaine d’application,   résulte   de   la   compréhension   des   couleurs   et   de   leurs   interactions,   de   leurs relations, de leurs différences et de leurs ressemblances.

 Comprendre et parler de « l’harmonie » des couleurs, c’est, dans ma pratique en tout cas, donner à chacun la possibilité de rentrer en résonance avec la « couleurs-espaces », l’œuvre, qui lui est donnée   à   voir.   Et,   de   cette   résonance   nait   un   équilibre   ou   pas,   propre   à   chacun.   Trouver l’équilibre pour tous dans la même « couleurs-espaces », reviendrait à entendre l’équilibre de chacun, en faire la somme et non la synthèse, et d’en accepter le chaos apparent. Je dis bien apparent, car, je pense qu’il n’y a de chaos dans le multiple que s’il y a impossibilité pour nos sens, et par extension, notre intellect, d’en distinguer chaque nuance. L’Harmonie des couleurs, serait, à mon sens, l’universalité de l’œuvre, dans la mesure où cette «couleurs-espaces   »,   qui   est   l’essence   d’une   somme   d’existences   dans   la   relation,   est   un cheminement du tout pour créer un ensemble équilibré du dire. L’universel dont je parle ici, n’est pas dans le sens, dans la signification de la « couleurs-espaces» créée, mais dans l’émotion de la rencontre lors de sa réception par le regardeur. Cette émotion qui est vibratoire, résonance  primaire même,  mais universelle, car tout le  monde ressent les couleurs.   Elles   nous   attirent,   nous   repoussent   nous   interrogent,   mais   ne   nous   laissent   pas indifférents, car elles suscitent même le désintéressement. L’harmonie   résiderait   donc  dans  le  respect  des   relations,   des   échanges,   des   contrastes,   des valeurs, des tons et des mélanges. Autant de notions qui s’appliqueraient à notre existence, c’est-à-dire à notre réalité sociale dans les usages humains de la vie de tous les jours. Les couleurs sont la vie et je les dessine sur la toile tendue pour emmener tout un chacun à s’interroger à son tour sur la vie, sur sa vie. L’harmonie trouve son essence dans la « couleur-surface » qui fait sens pour celui qui la vit, la reçoit et   l’accueille.   Car, qu’est-ce  que  l’harmonie des  couleurs   dans une  œuvre  si ce  n’est l’équilibre qui se crée par résonance à l’intérieur du regardeur ? Je serais tenté de dire que définir c’est finir, mais je reste persuadé que notre humanité sensible saura résister à notre volonté de tout contenir, tout est une question de choix.

Goodÿ – Gilles EUGENE, Artiste auteur. Extrait de la réunion/ débat sur l’harmonie des couleurs, thème du CFC à l’occasion des journées internationales de la couleur. N’hésitez pas à m’interroger par mail: ggodyart.gp@gmail.com, je vous répondrai au fur et à mesure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Our Visitor

0 0 1 0 9 7
Users Today : 2
Users Yesterday : 10
Users Last 7 days : 48
Users Last 30 days : 228
Users This Month : 127
Users This Year : 780
Total Users : 1097
Views Today : 2
Views Yesterday : 21
Views Last 7 days : 68
Views Last 30 days : 349
Views This Month : 189
Views This Year : 1174
Total views : 1650
Who's Online : 0
Your IP Address : 173.252.87.6
Server Time : 2024-05-17