Ce MONDE INCROYABLE ? Le NÔTRE, tout SIMPLEMENT

Pourquoi ai-je à chaque fois l’impression, à nous lire, que le Cameroun et les camerounais sont les seuls à avoir tous les problèmes du monde, ou plus exactement que nos problèmes sont hors du commun, alors qu’ils ne sont créés, à ce que je sache, par aucune calamité naturelle, des forces occultes ou extraterrestres, sinon par des camerounais eux-mêmes, à savoir toi ou moi camerounais ?

 Vous êtes-vous souvent poser la question de savoir, que si tout le monde se plaint dans un groupe ou une société, c’est qu’il sera toujours très difficile à ce même groupe ou société de trouver en son sein, des solutions à ces problèmes, tout simplement parce que, sans le savoir, c’est apparemment tout le monde qui y est fautif et cherche plutôt en l’autre, qui comme lui, n’aurait rien fait de mal, le coupable qui ne serait coupable, parce que c’est plutôt l’autre comme lui qui l’est ?

C’est même quoi selon nous, une société et faire partie de cet ensemble ?

Je croyais que le premier était à notre image, tout comme ce Dieu dont nous chargeons de notre destin, alors qu’il nous aurait fait à son image, tout comme faire partie d’une société signifierait, être une part importante de la bonne sauce finale que nous apprécions à la dégustation, parce que la viande ou le poisson est cuit à point, le sel, le piment, l’huile et les autres condiments, associés à leur juste nécessité.

Comme quoi une belle musique sera forcément, une meilleure symphonie, un bel homme ou une femme de choix, un accord parfait entre le corps et l’âme, l’amour, une adéquation obligatoire du malheur et du bonheur, et la société(et non la bonne) enfin, le seul bon vouloir de ses composantes, car s’il faut de tout pour faire un monde, apprenons, une fois pour toute, que la vraie richesse d’un peuple, reposera toujours plus dans l’empathie que dans cet égoïsme récurrent qui veut que nous exigions à chaque fois, plus des autres qu’à nous-mêmes, pourtant voulus libres et libres arbitres de notre devenir.

Vous avez dit, un monde des insatisfaits, je vous dirais plutôt, un ensemble de malhonnêtes qui se prennent pour des saints, dans un bal de diablotins.

Ezéchiel NGOUCHEME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *