COVID19, ou SI EN RÉALITÉ, C’EST TOUJOURS CHACUN QUI PORTE SA CROIX !

Ne jamais oublier que le désordre est collectif, et que pour les conséquences, c’est chacun seul qui, dans sa chair, paye le prix.

Personne donc, ne porte son pantalon et ça te serre toi, ne mange et toi, sans rien te mettre sous la dent, te rassasie, enfin personne n’a son « palu », on t’hospitalise ou te met les perfusions à sa place.

Arrêtons donc, de parler du vaccin du COVID19 au singulier pour l’assimiler au pluriel.

Nous venons pourtant de fêter Pâques et savons tous ce que cet événement nous enseigne, à savoir que, dans la vie, CHACUN PORTE SA CROIX, “SEUL”.

Ceux qui ont souffert du COVID19, ont perdu des proches et connaissances dans cette pandémie, où continuent à les assister, sans oublier ceux des grands parents à qui la chaleur et la présence de leurs fils et petits-fils, manquent énormément, vous diront, à cet effet, et sûrement que chacun balaie mieux devant sa cour ou qu’il est moins évident de remarquer l’aiguille proche de l’œil de l’autre, que de voir en premier la poutre menaçant son œil à soi.

Continuer à voir en la pandémie actuelle, uniquement le côté complot, qui est un autre débat certes très important, c’est faire preuve d’irraison, à savoir qu’on ne peut pas refuser d’admettre un mal uniquement parce que ça n’arrange pas notre combat idéologique, or l’humanité est un tout indissociable. Je ne crois donc pas que tous les gouvernements de ce monde se sont mis d’accord pour faire du mal à leurs peuples, si oui donc, pour quel but, tuer la poule aux œufs d’or ?

Arrêtons de faire comme ces Nazis qui trouvaient normal l’holocauste, ces négriers qui trouvaient en l’esclavage ou la colonisation, une fierté civilisatrice, ou tous ceux-là qui ont cru que le sida était un mal exclusif des autres, les homosexuels, etc…

Le COVID19 existe bel et bien, et le monde entier en subit les conséquences désastreuses, la question qui se pose donc aujourd’hui, après plus d’un an de traitements de toute sorte, sans le résultat d’accalmie hospitalier et économique souhaité, ou encore après avoir essayé, sans succès, l’immunité collective, est que faire pour arrêter l’hémorragie ?

La seule solution à notre portée, se trouve être, Le VACCIN.

La durée de mise en service des premiers vaccins, est-elle en conformité avec ce que nous a habitué la science?

Sûrement pas.

Sauf que nous oublions une chose, à savoir que l’obstacle est ce qui perfectionne l’homme et son génie.

C’est donc dire que les premiers vaccins, comme ceux qu’on aurait sorti 5 ou 10 ans plus tard, comme initiateurs sont perfectibles, par pure logique scientifique et tout court, car tout virus a ceci de particulier qu’il est mutant, et les effets secondaires qui font tant “parler les gens”, ne sont qu’une évidence de la prise de tout médicament, pour ceux qui ne le savaient pas, car n’ayant pas tous, la même constitution génétique de base et conservation psychosomatique avec le temps.

Chacun étant unique en son genre et donc nous serons toujours différemment affectés par la même maladie.

À chacun sa conscience donc, et surtout son sens élevé d’amour du prochain, si son amour pour lui-même est moins important.

 

NGOUCHEME Ezéchiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *