ET SI SAMUEL ETO’O N’ÉTAIT FINALEMENT QUE SAMUEL ETO’O !

Albert Einstein disait :”Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu’il est stupide”.

Winston Churchill a dit :”Agissez comme s’il était impossible d’échouer.”

Et j’ajouterai pour terminer, autant le meilleur footballeur est toujours issu d’une équipe formidable, de bonnes individualités, autant la réussite d’une administration est fonction du meilleur de chaque agent pris individuellement.

Qui ignore d’où vient le 9, d’une famille très modeste dans ce Shell Newbell oú on serait plus destiné à la débrouillardise, la délinquance, qu’à arpenter les cimes d’excellence de la société camerounaise.

Qui ne connaît pas son parcours, fait de hauts et des bas. Ce jeune garçon qui avait refusé, incroyable, comme rarement chez nous, d’être sans papiers en hexagone, étant convaincu qu’il y avait encore plus de chances de partir bien formé et aguerri de “cet enfer du 237” pour mériter du football professionnel et imposer sa marque propre et surtout ce “hemlé”, qui a fait la renommée du Lion indomptable.

Que dire de ce jeune homme, né, grandi et forgé, dans l’adversité d’une société humaine qui pardonne moins au pauvre, tout en lui réclamant plus, tout autant qu’elle est toujours prompte à le juger et à s’appesantir sur ses erreurs, plus que sur ses qualités.

Cette espèce rare de camerounais qui nous a donné une grande leçon de ce que c’est que, aimer ses amis ou son prochain, comme soi-même, aidant à sortir de la misère, distribuant des dons et des billets de banque à tout vent, moins pour ce qui paraîtrait “mettre plein la vue”, monnayer sa notoriété, comme si déjà aussi célèbre, par sa seule volonté et bravoure, il avait besoin, comme le sel, de faire la concurrence avec le cube.

Samuel Eto’o Fils n’est pas un saint, mais il a du saint en lui.

Aujourd’hui là où il faut donner à César ce qui lui appartient de droit, certains continuent encore à douter de ce qu’un bel exemple peut avoir comme exemple d’influence populaire, ou qu’il puisse être à la hauteur d’un emploi où des cultivateurs, commerçants, autodidactes et non seulement les diplômés ++ ou experts en management ont fait des preuves, à la tête des états où des sociétés.

Ce n’est plus Eto’o peut, il peut et a besoin de tous, si et seulement si nous voulons qu’il puisse, une seule main attachant difficilement un paquet.

 

Voilà tout est dit.

Bon vent le Pichichi

You are the best and the winner, never forget it.

 

NGOUCHEME Ezechiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.