Joseph Emmanuel Olivier Ava Ava – Consul Honoraire du Kazakhstan

Joseph Emmanuel Olivier Ava Ava a été nommé Consul Honoraire du Kazakhstan à Yaoundé.En recevant l’exéquatur des mains du Gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea, le 8 septembre dernier ; le jeune homme d’affaires Camerounais entrait ainsi dans le plein exercice de ses fonctions.

C’est dans ce nouveau rôle, qui lui tient à cœur, que l’on redécouvrira ce fils de bonne famille que l’on ne présente plus.

 

Glance Magazine : Comment devient-on consul honoraire ?

Joseph Emmanuel Olivier AVA AVA : On devient consul honoraire en ayant la confiance de Deux pays (en langage simple l’Etat d’envoi désigne un indivudu  au vue de ses compétences et l’Etat de résidence doit l’approuver).

Les deux Etats se rassurent du faite que l’individu sollicitée  ait réellement les compétences et sois de bonnes moralités

La fonction consulaire honoraire est régie par la Convention de Vienne de 1963 ; la complexité de la procédure est due au fait que l’Etat de résidence n’est pas tenu d’approuver la désignation de ce dernier. Je profite de cette occasion pour renouveler toute ma gratitude et ma reconnaissance à l’ endroit de leurs Excellences Monsieur le Président de la République du Kazakhstan  Son Excellence Monsieur Kassym -Jomart  TOKAIEV et bien sûr Monsieur le Président de la République du Cameroun Son Excellence Monsieur Paul BIYA.

G.M. : Quelles sont vos relations avec le KAZAKHSTAN ?

J.E.O.A.A. : Mes relations avec le Kazakhstan sont très bonnes. Je suis pratiquement en contact avec toute l’Elite politique et je suis très introduit dans le milieu des affaires ; ce que vous devez savoir c’est que je suis un homme d’affaires à la base et la fonction de consul honoraire est compatible avec celle d’homme d’affaire.

G.M. : Que gagnerait le camerounais lambda à découvrir ce pays encore mal connu au Cameroun ?

J.E.O.A.A. : Avant de répondre à cette question je pourrais donner quelques indicateurs sur le Kazakhstan…le Kazakhstan est la première puissance économique  en Asie centrale, avec des richesses telles que le pétrole, l’uranium, le fer…bref des minerais en général sans oublier leurs forts potentiel agricole… Le camerounais lambda à toutes les opportunités qui s’offrent à lui que ce soit dans le domaine des affaires, du sport, de l’éducation, de la technologique…

Dans le domaine sportif il y’a une belle dynamique qui commence à se faire. D’ailleurs des joueurs professionnels de football camerounais commencent à signer de bons contrats de ce coté. Je pense entre autre à Macky BAGNACK qui évolue dans le prestigieux club de football FC KAIRAT au Kazakhstan.

G.M. : Pouvez-vous nous résumer la fonction d’un consul honoraire pour nos lecteurs ?

J.E.O.A.A. : Traditionnellement le consul honoraire s’occupe beaucoup plus des intérêts  économiques, sportifs, culturels. Mais ses missions vont au delà à savoir la protection des ressortissants, leurs intérêts qu’ils soient résidents ou de passage et la délivrance de certains documents administratifs…

G.M. : Quel serait le profil des camerounais et camerounaises qui dépendrait de votre consulat honoraire ?

J.E.O.A.A. : Le personnel du consulat est constitué majoritairement de jeunes mais aussi des ainés ayant de très bons profils et qui excellent dans les taches que je leur ai confiés. Si aussi jeune j’ai pu avoir la confiance des deux pays pour assumer cette fonction,  il est de mon devoir moral d’encourager les jeunes comme moi…

G.M. : Quels sont les projets et les ambitions ?

J.E.O.A.A. : Premièrement faire connaitre le KAZAKHSTAN au CAMEROUN,

Et je profite de cette occasion pour vous annoncer la fête nationale du Kazakhstan le 16 décembre 2021. Représentant 30 ans d’indépendance depuis l’éclatement de l’URSS (Union des Républiques Socialistes et Soviétiques) en 1991;

Par la suite, veuillez à ce que le Kazakhstan et le Cameroun entretiennent de très bonnes relations notamment dans le domaine économique, sportif, culturel…De très gros projets sont en cours dans le but de créer énormément d’emplois ici et la.

 

Entretien réalisé par Henri ATANGANA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.