LA RELATION DE CAUSE À EFFET

L’effet n’est pas forcément l’objet de la cause, sauf que la cause est obligatoirement le résultat de l’effet

Raison pour laquelle il est absurde à chaque fois, de chercher à détacher les conséquences de l’acte voulue posé (j’insiste sur le voulu, car il y a une différence entre un acte involontaire et un une action réfléchie).

Beaucoup d’exemples sillonnent notre quotidien et leurs analyses sont généralement biaisées et manipulées, dans un but autre que d’accepter la cruelle vérité finale qui appelle chacun de nous à la première vérité de toute action, qui est réfléchir sur tous les risques possibles, avant d’agir.

Un sage proverbe dit pourtant qu’il Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler”.

J’ajouterai ce principe de vie qui dit “prévenir vaut mieux que guérir”.

Au Cameroun aujourd’hui, on cherche à nous faire accepter que le résultat de la marche des avocats anglophones est différent du terrorisme urbain Ambazonien d’aujourd’hui, ou encore qu’à Tonga, le but recherché était rendre justice et non opposer deux communautés qui est le résultat final.

Que dire de la mort de la jeune Mirabelle, qui se serait bien passée d’une justice qui était moins pour son réconfort que pour des raisons inavouées autres.

Je vous fais grâce de ces divorces qui surviennent parce que le conjoint a été surpris en train de tromper l’autre, et il se défend en disant que c’était pour rendre la pareille à l’autre, sauf que celui-ci a été moins réceptif et tu te plains qu’il veut divorcer.

Tout comme cette personne qui se trouve accusée d’assassinat, alors que dans une altercation, il a poussé juste son interlocuteur pour s’en débarrasser, et ce dernier qui était un malade est tombé et en est mort.

Comme, il n’y a pas de fumée sans feu, retenez que même un mégot de cigarette brûle des hectares de forêts.

Juste pour nous rappeler tous à nos responsabilités et surtout à nos intelligences, cette dernière qui fait de nous des animaux doués de raison et non ce chien qui te mord en brandissant la légitime défense et si nous nous décidons tous de rendre justice ou alors de penser que la faute est uniquement du fait des autres, parce que nous étions de bonne foi ?

Ah j’oubliais que, dans la majorité des coups d’état, tout change sauf le bien-être de ce peuple qui en jubile.

NGOUCHEME Ézéchiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *