PORNOGRAPHIE ENDÉMIQUE : UNE AFFAIRE ESSENTIELLEMENT PÉNALE ET ÉDUCATIVE

La plupart de ceux qui ont bénéficié d’une éducation jésuite comprendront aisément la position sur les représentations de la sexualité de certains adeptes du Prêtre basque-espagnol Ignace de Loyola (1491-1556), à l’instar de Ludovic Lado, qui s’insurge courageusement contre la « banalisation de la pornographie » en Afrique.

En effet, selon le religieux camerounais précité, aguerri aux revendications à caractère politique, « La banalisation des contenus pornographiques est un défi à la fois éthique et sociétal. Nous n’éviterons pas longtemps l’épineuse question de savoir comment ce phénomène va modifier les comportements sexuels en Afrique contemporaine ».

MONDE ÉVOLUTIF ET COMPLEXE

J’appartiens modérément à ce camp affinitaire, plutôt minoritaire à robe courte, sans engagement ecclésiastique, considérant inaccessible la vertu rigide en toutes choses élastiques de ce monde inexorablement évolutif et manifestement complexe.

Sous l’angle épidémiologique, la pornographie est un enjeu connu de santé publique, notamment en termes scientifico-pathologiques de dépendances comportementales et de conséquences diverses sur le cerveau au fil du temps sourd qui passe (dépression sévère, onanisme morbide, addiction sexuelle, zoophilie, pédophilie).

En revanche, dans l’acception juridique de la pornographie, la perception n’est pas universelle et diffère d’un pays à l’autre. La loi y définit souvent les formes qui sont punissables pour la prévention de la délinquance, en particulier face aux représentations à caractère sexuel avec des enfants, des animaux et des actes de violence sur autrui.

Quant aux considérations théologiques, la doctrine n’est pas épuisable, car elle consiste à s’analyser et à s’interroger anxieusement, de multiples manières, sur ce qui entoure les attitudes problématiques à l’égard de la sexualité. Elle présente cependant le risque de vouloir substituer la contemplation de soi-même à la contemplation du divin.

ENCADREMENT PÉNAL ET PÉDAGOGIQUE

Il en résulte que nous devons atténuer assidûment notre propension orgueilleuse à voir la planète comme une énorme cage, dans laquelle le labeur de l’intelligence ordinaire et le principe de la vie psychique seraient puissants ou omniprésents, à la faveur régulière d’une appréciation éthique ou morale prédéfinie.

À l’heure qu’il est, nous sommes incapables d’éteindre la pornographie illégale incrustée dans la société ou exposée sur internet, en y portant uniquement un regard d’inquisition ou de perquisition. Hélas, il n’y a guère d’asile spécifique où traquer les déviances et les perversions répandues de la jouissance endémique !

À quoi servirait d’ailleurs, dans ces conditions tenaces et désordonnées, une tartufferie éventuellement habillée d’oripeaux politico-religieux au détriment de mesures pédagogiques continûment revisitables dès la tendre enfance ?

À mon humble avis, l’évolution non maîtrisée des mœurs impose un encadrement pénal et une adaptation incrémentale des forces éducatives de l’esprit et du progrès, laïques ou religieuses, dûment préparées contre les manifestations criminelles de la volupté !

Pour MEDIAPART – PARIS (23 JUIN 2021)

Alain Boutat

Épidémiologiste,

Économiste et Politologue

Lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *